Jocelyne Pellerin Ph.D.

La Professeure Jocelyne Pellerin a complété un B.Sc. en Biologie (1977) à l’Université du Québec à Rimouski et un Ph.D. en Physiologie (Endocrinologie moléculaire) à l’Université Laval (1982).

Elle a ensuite fait des études post-doctorales en Physiologie de l’exercice à l’Université du Québec à Trois-Rivières (1983-1985), pour ensuite occuper des fonctions d’Associée de recherche à l’INRS-Océanologie (1985-1988) avec le Professeur Émilien Pelletier.  Elle y a alors aidé à développer le secteur de l’écotoxicologie marine dans cette institution.

 En 1988, elle a poursuivi sa carrière au Département d’océanographie de l’Université du Québec à Rimouski comme professeure-chercheure en écophysiologie des invertébrés et en écotoxicologie marine et membre du Groupe de recherche en océanographie côtière (GROC) et du Groupe de recherche en environnement côtier (GREC). 

 Elle est aujourd’hui Professeure–chercheure à l’Institut des Sciences de la Mer de Rimouski (ISMER-UQAR) et Directrice des programmes d’études supérieures en océanographie (ISMER-UQAR).

La professeure Jocelyne Pellerin a développé depuis le début de sa carrière de nombreuses collaborations de recherche avec des chercheurs provenant d’Universités française, tunisienne, mauritanienne et marocaine.

Ses projets de recherche concernent les  effets de facteurs du milieu (naturels et anthropogéniques) sur la croissance et la reproduction d’invertébrés marins (Mytilus edulis L., Mya arenaria et Nereis virens). 

 Courriel :            Jocelyne_Pellerin@uqar.uquebec.ca

Télécopieur :            (418) 724-1842

RECHERCHE

Un contaminant peut, par diverses voies d’absorption, intoxiquer un organisme et ainsi diminuer ses performances physiologiques.  De plus, en milieu saumâtre et côtier, les organismes sont soumis à de multiples stress dus aux facteurs du milieu, ce qui se reflète par un nombre restreint d’espèces dans les communautés.

Le programme de recherche développé au fil des années par la Professeure Pellerin est axé sur la compréhension de la plasticité physiologique des invertébrés marins soumis aux pressions de facteurs du milieu et anthropiques.  Jusqu’à maintenant, ses études ont démontré in situ la variabilité de la croissance et de la maturation sexuelle chez des mollusques bivalves.  Il est dès lors bien établi que la variation du temps d’émersion et la présence de contaminants comme le pétrole, en zone intertidale, sont des facteurs majeurs pour expliquer les différents taux de croissance, et par le fait même, la santé des populations de bivalves.  Ses observations récentes d’un délai de maturation sexuelle, associé à un entreposage de glycogène et des concentrations basses de vitellogénine  chez Mya arenaria  dans le fjord du Saguenay, laissent présager d’effets de perturbateurs endocriniens sur la reproduction de ce bivalve. Depuis peu, il a été en effet démontré que de nombreuses substances (Pb, Hg, TBT, organochlorés, HPA et dioxines) avaient une activité pro- ou anti- estrogénique, perturbant ainsi les cycles de reproduction chez les mammifères, les poissons et les mollusques.  Il a été également observé que ces activités étaient amplifiées lors de la métabolisation et/ou du mélange des substances concernées.  Devant l’ampleur des connaissances à acquérir sur le sujet et pour contrer éventuellement cette menace sur les espèces exposées, Environnement Canada, Santé Canada (TRSI)  et l’U.S. EPA ont fait de cette problématique une de leurs priorités.  Ceci vient donc confirmer l’urgence et l’importance de vérifier in situ  l’impact de ces substances sur le potentiel reproducteur des organismes exposés.

Le programme de recherche actuel de la Professeure Pellerin veut vérifier en premier lieu l’importance des hormones stéroïdiennes dans la maturation sexuelle de Mya arenaria,  par des suivis saisonniers des profils hormonaux (estradiol, progestérone et testostérone) en fonction de l’activité vitellogénique de la gonade et de son stade de maturation.  Ce niveau de connaissance lui permettra par la suite de mieux départager les variations naturelles des dysfonctionnements engendrés par les contaminants. Ensuite, elle désire étudier l’induction de dysfonctionnements de la reproduction en fonction des variations des concentrations en hormones stéroïdiennes, de la vitellogénine et des réserves énergétiques après exposition aux oestrogènes  et au TBT.  Plus spécifiquement, son équipe évaluera les activités vitellogénique et stéroïdienne saisonnières.  Il y aura comparaison par la suite des concentrations en protéines vitellogenin-like et des concentrations en hormones stéroïdiennes de la gonade avant et après exposition. Au point de vue mécanistique, seront estimées, l’activité synthétique de la vitellogénine par un marquage cytologique du Ca et du Zn associés à la viellogenine-like avant et après l’induction.  Les sites de dysfonctionnement seront également identifiés par marquage immunohistochimique.

Publications

  1.  Blaise, C., Gagné, F., Pellerin, J. and Hansen, P.-D. 1999. Determination of vitellogenin-like properties in Mya arenaria hemolymph (Saguenay Fjord, Canada) : a potential biomarker for endocrine disruption. Environ. Toxicol. 14 (5),  455-465.

 Ce papier, est le résultat d'une collaboration de plusieurs années avec le Dr C. Blaise d'Environnement Canada et démontre l'importance, pour la première fois à notre connaissance, des perturbateurs endocriniens pour expliquer les dysfonctionnements de la reproduction chez les bivalves estuariens. Ces résultats, issus de ma nouvelle problématique CRSNG financée depuis le dernier renouvellement, sont le complément du mémoire de maîtrise de Sophie Gauthier-Clerc. 

  1. Pellerin, J. & J. Grondin, 1998. Assessing the state of arctic ecosystem health : Bridging Inuit viewpoints and biological endpoints.  Ecosystem Health, Vol.4 (4), 236-247.

 Cet article majeur fait le lien entre la perception de la contamination et les données factuelles recueillies dans le cadre du projet Éco-Recherches. Ce projet, multi et transdisciplinaire a permis de contraster le risque perçu et le risque réel dû à la présence de contaminants dans la faune arctique.  Cet article paru en décembre dernier, fait déjà l'objet de plusieurs demandes de tirés à part.

  1. Tremblay, R., & Pellerin-Massicotte, J., 1997. Effects of the tidal cycle on lysosomal membrane stability in the digestive gland of Mya arenaria and Mytilus edulis L.. Comp. Biochem. & Physiol, 117A (1) : 99-104.

 Cette publication est l’oeuvre de M. Tremblay dans le cadre de son mémoire de maîtrise en océanographie.  Elle cerne précisément l’importance du rythme des marées pour induire des stress chez deux bivalves benthiques habitant des étages sédimentaires différents. Les résultats  obtenus sont d’une importance majeure pour les études écophysiologiques et écotoxicologiques car ils nous permettent maintenant de mieux planifier les protocoles expérimentaux et de connaître un facteur de variation de la condition physiologique de ces bivalves d’importance commerciale.

  1.  Mayrand, É., J. Pellerin-Massicotte & B. Vincent, 1995.  Effets à court terme de la disponibilité de nourriture, de la température et de la remise en suspension des sédiments sur les indices biochimiques de croissance de Mya arenaria: une étude en milieu naturel. J. Can. Zool., 73:532-541.

 Ce papier, et un autre  publié en 1994, sont l’oeuvre de Mme Mayrand dont je dirigeais le doctorat avec le Dr Vincent comme codirecteur.  Tous les chercheurs oeuvrant en milieu côtier sont d’accord pour dire que la variabilité était importante dans ce milieu.  Par ce travail, nous avons démontré avec précision l’importance relative de chacun des facteurs environnementaux sur la croissance à microéchelle de Mya arenaria. Cet article a eu beaucoup de succès et constitue une référence qui ne vieillit pas.

  1.  Pellerin-Massicotte, J., 1994. Oxidative processes as indicators of chemical stress in marine bivalves. J. Aquat. Ecosys. Health, 3:101-111.

 Cet article fait partie intégrante des travaux entrepris dans le cadre de la subvention précédente CRSNG-dépenses courantes où j’ai cerné les mécanismes impliqués dans l’expression des stress physiologiques.  Il n’y a pas d’équivalent au niveau international et national et cet article a permis d’établir ma réputation comme écophysiologiste et écotoxicologue en milieu marin.  Ce travail constitue sans aucun doute un ouvrage de référence indispensable pour la compréhension de la variabilité de la croissance en milieu intertidal.

 

    Retour au menu précédent

SEME

modifié le mardi 01 mars 2005